La cacahuète a eu un mois la semaine dernière. Un mois à essayer plus ou moins facilement de nous adapter à notre nouvelle vie à trois. C’est l’heure de faire le bilan (calmement) (référence pourrie, quand tu nous tiens…)

 

1 mois de fucking canicule

Ce premier mois à trois a été marqué par des températures records dans toute la France. A cause de cette foutue canicule :

  • on n’a pas pu respecter du tout les préconisations des spécialistes de la petite enfance sur la température idéale d’une chambre de bébé. Elle est supposée se situer entre 18 et 19 degrés, chez nous, au plus fort de la canicule, il faisait 30 degrés dans la chambre.
  • je ne sais pas ce que ça fait de porter un bébé en écharpe sans transpirer comme un veau. Et la cacahuète se retrouve couverte de boutons de chaleur dès que je le porte un peu trop longtemps.
  • j’ai dû me farcir un aller retour express à Lille pour faire le tour de tous les magasins bébé. Je vous mets au défi de réussir à trouver un bob ou une casquette qui aille à une petite crevette de moins de 3 kilos. J’ai fini par rentrer munie d’un bob naissance fille, qui s’est avéré bien trop grand pour la petite bouille de la cacahuète.
  • on a passé un mois à vivre dans la pénombre, volets fermés, pour éviter que la chaleur ne rentre trop dans la maison.

Notre pauvre petit bonhomme ne va rien comprendre quand la canicule sera terminée et qu’il va découvrir les vraies températures du nord… J’espère qu’il continuera à boire ses biberons « à température ambiante » quand il ne fera plus 30 degrés dans la maison !

 

1 mois de commandes Amazon Prime

Scoop : avoir un bébé, ça coûte cher ! Surtout quand on possède un abonnement Amazon Prime et qu’on peut commander quasi n’importe quoi pour le soir même en quelques clics de souris. Pour être honnête avec vous, il est possible que j’ai LEGEREMENT sur-abusé de mon abonnement au cours de ce premier mois.

Annexe 1 : liste non exhaustive des articles commandés sur Amazon depuis le 3 juillet.

  • un thermomètre-hygromètre pour mesurer la température dans notre chambre
  • 176 couches
  • un égoutte-biberon (acheté dès le deuxième jour à la maison)
  • des tétines débit 2 pour biberons
  • des coussinets d’allaitement (sans commentaire)
  • un babyphone (mais ça ne compte pas vraiment dans nos dépenses, c’est offert par mes beaux parents !)
  • un tapis d’éveil
  • un livre en tissu
  • un lot de 720 lingettes à 99,9% d’eau (ne me jugez pas, le lot était presque à moitié prix et elles sont tops ces lingettes !)
  • des cartes « ma première année en photo » (pour immortaliser les grandes étapes de la première année de la cacahuète)
  • une petite écharpe de portage sans noeud JPMBB (peut-être l’achat le plus utile de cette liste !)
  • un hochet (parce qu’il fallait atteindre les 25€ sur ma commande pour avoir les frais de port offerts…)
  • 3 lots d’enveloppes couleur pour les faire part
  • un petit sac à langer / organisateur de poussette

 

1 mois de visites à la pharmacie

On a la chance d’avoir une pharmacie juste en face de la maison. En moyenne, on y allait environ une fois tous les deux mois, quand l’un de nous deux tombait malade. Mais ça, c’était ça avant. Aujourd’hui, on y passe facilement une ou deux fois par semaine, si bien que les pharmaciennes et les préparatrices nous reconnaissent et nous demandent régulièrement des nouvelles de la cacahuète.

Annexe 2 : liste non exhaustive des produits achetés à la pharmacie

  • 6 paquets de carrés de coton
  • 1 boîte de compresses non tissées
  • de la biseptine pour le cordon
  • 2 boîtes de lait spécial prématuré
  • 2 boîtes de lait premier âge
  • 1 boîte de lait épaissi premier âge (oui, on se cherche encore un peu en ce qui concerne le lait !)
  • 6 boîtes de sérums physiologique
  • 1 crème hydratante pour les petits boutons de la cacahuète
  • 1 crème solaire spéciale bébé
  • de la vitamine D
  • des probiotiques pour bébé

 

1 mois sous le signe de la mode (ou pas)

Mon look n’était déjà pas terrible lorsque j’étais enceinte : j’en parlais ici, trouver de jolis vêtements de grossesse, c’est presque mission impossible. Depuis que j’ai accouché, c’est pire : entre la canicule et le bidon post-partum qui n’a pas l’air de vouloir se faire la malle, les vêtements que je peux porter se comptent sur les doigts d’une main. Un mois que je me balade donc avec le même short en jean de grossesse, et que je tourne difficilement avec les 3 débardeurs qui arrivent à peu près à dissimuler mes kilos récalcitrants. Ajoutez à ça les bas de contention que je dois encore me traîner pendant 6 semaines après l’accouchement, les taches de lait séché (et l’odeur qui va avec), et le maquillage inexistant (j’arrive à trouver le temps de me laver, c’est déjà franchement pas mal), et vous aurez un petit aperçu de mon look actuel. Autant vous dire que Cristina n’approuverait PAS DU TOUT MA CHERIE. Accoucher, ça permet de donner une signification toute nouvelle à l’expression « victime de la mode » ! Le pire dans tout ça? Je m’en fiche complètement !

 

1 mois de repas interrompus

Notre petit bonhomme a un sens du timing bien à lui : peu importe l’heure, peu importe le temps qu’il est sensé rester avant le prochain biberon, il a faim SYSTEMATIQUEMENT au moment où l’on pose notre assiette sur la table. Ce qui peut donner lieu à des scènes assez improbables, comme ce soir de la semaine dernière où le papa de la cacahuète s’est retrouvé à me donner la becquée pendant que je gérais le biberon, histoire que je puisse quand même profiter du repas qu’il venait de nous préparer. J’ai comme l’impression que notre prochain dîner romantique en tête à tête ne sera pas pour tout de suite…

 

1 mois le nez dans les couches

Avant, je trouvais les jeunes parents assez impudiques concernant les histoires de pipi/caca/prouts de leurs rejetons. C’était avant de vivre mes propres aventures scatophiles autour de la table à langer. A force de lui nettoyer les fesses à longueur de biberons, j’ai perdu toute forme de dégoût quant à ce qui peut sortir de mon fils. La preuve : il m’est arrivé pas plus tard qu’hier de stopper un jet de pipi avec ce qui me tombait sous la main, à savoir… ma main, justement. Ah, le glamour de la parentalité !

 

1 mois à remplir les cartes mémoires de nos téléphones

C’est sûrement la faute aux hormones : chaque jour, on trouve notre petit bonhomme plus mignon que la veille. Ce qui entraîne un nombre incalculable de photos… qui au final se ressemblent un peu toutes, parce qu’on ne va pas se mentir, à moins d’un mois, un bébé, ça ne fait pas grand chose de plus que boire son biberon et dormir. Nous sommes donc les heureux propriétaires d’une centaine de photos de… la cacahuète qui dort, ou qui digère son biberon. Vivement qu’il nous fasse ses premiers sourires, qu’on puisse diversifier un peu notre galerie photos !

 

 

Ce premier mois a aussi et surtout été l’occasion pour nous de découvrir qu’être parent, ça n’est pas inné, ça s’apprend. Chaque jour, on évolue, on trouve nos marques, on prend confiance en nous. Je nous revois encore hésitants, malhabiles (et fatigués) à la maternité, et je me dis qu’en un mois, on s’est quand même déjà sacrément améliorés, même s’il nous arrive encore d’être un peu démunis face à certaines situations (coliques, vous avez dit coliques?).

Et vous, qu’est-ce qui vous a le plus marqué durant votre premier mois en tant que parents?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *